stockwell carpets - handmade rugs and carpets
Re-creation de vieux tapis

 

 

Nous avons un grand nombre d’histoires à vous raconter concernant les tapis que nous fabriquons à la main pour une vente dans le monde entier. Nous allons vous raconter la première d’entre elles. Nous espérons que vous la trouveriez aussi agréable et intéressante que nous aimons notre travail.

 

 

 

Un magnifique tapis pour la salle de musique au Pavillon Royal de Brighton.

 

En plus de la création de tapis contemporains et traditionnels, Craigie Stockwell est souvent demandé pour reproduire des tapis usés ou vieux et parfois ceux-ci ont une importance historique considérable comme le tapis fourni par le Pavillon Royal de Brighton.

 

Curieusement, le destin nous a mené vers le Pavillon Royal : tout a commencé grâce à un ami qui m’a attiré l’attention sur un article paru dans ‘The Times’ qui disait : « Un unique tapis fait main doit être fabriqué pour la salle de musique du Pavillon Royal à Brighton, je suppose que vous fabriquez cela ! ». Comme nous étions la seule entreprise spécialiste dans ce genre de travail à l‘époque, j’ai téléphoné au Pavillon et demandé à parler au responsable du projet du tapis pour savoir la raison pour laquelle nous n’avons pas été contactés pour réaliser ce tapis, en tant que spécialiste dans ce domaine et pour savoir s’ils n’avaient pas commis une erreur. «  Je suis tellement heureux que vous m’ayez contacté », disait-il ; «  Honnêtement, nous ne connaissons aucune entreprise qui pourrait entreprendre ce projet unique, et c’est évidemment vous ! »

 

Cela commença par 18 mois de travail minutieux dans la recherche et la conception. Robert Holmes, mon chef de projet à l’époque, et moi-même avons participé à plusieurs réunions à Brighton avec l’incroyable équipe qui s’occupe de ce bâtiment historique. Nous avons rencontré des menuisiers spécialisés qui étaient venus comprendre la « main » des différents artisans impliqués dans le bâtiment d’origine et la manière dont ils pouvaient recréer le travail de chacun. Nous avons appris comment un certain niveau d’humidité pouvait maintenir la préservation du tissu du bâtiment et combien la science moderne et les techniques les avaient aidés à le faire. Dans l’ensemble, nous avons été émerveillés du niveau élevé des artisans impliqués pour ce bâtiment exceptionnel.

 

Avant de faire quoi que ce soit, nous avons demandé à notre expert de mesurer la pièce, puis les conservateurs et historiens du Pavillon et nous-mêmes avons commencé un long processus de recherche. Le Buckingham Palace a donné un fragment du tapis d’origine au musée Victoria and Albert. Sa Majesté, la reine Victoria, n’aimait apparemment pas ce tapis d’un bleu sarrasin que le Prince Regent avait commandé pour son Palace exotique sur la côte sud. La reine Victoria l’avait enlevé, blanchi d’une couleur beige clair, puis l’avait coupée pour être utilisée dans une chambre d’hôtes au Buckingham Palace. Le tapis a ensuite été donné au Musée pour leur collection de tapis historiques.

 

Le tapis d'origine avait été créé par Thomas Whitty et ses filles (apparemment d'œuvre bon marché!) vers 1820 dans son usine d’Axminster dans le Devon. Whitty avait fabriqué un grand nombre de magnifiques tapis pour Robert Adam et James Wyatt à la fin du XVIIIe siècle.

 

Le fragment de tapis possédait énormément d'informations sur la conception, mais, malheureusement, l'une des magnifiques «bêtes» avait disparu, et les diverses aquarelles illustrant la chambre n'ont pas montré correctement le détail. Nous avons minutieusement photographié le morceau de tapis, puis construit l'œuvre autour de celui-ci.

 

Robert a dû le réinventer pour une brève présentation par le conservateur et d'autres experts du Pavillon qui disait essentiellement: « nous allons le reconnaître lorsque vous nous le montrerai »! Nous avons fait un certain nombre de croquis. "Le fil est trop épais!" Finalement nous avons obtenu l'approbation de notre conception, et le problème suivant était d'obtenir les couleurs appropriées.

 

Une fois de plus, un certain nombre de références de dessin devaient être triés, mais, au dernier moment, une aquarelle a été trouvée dans la bibliothèque du Château de Windsor, ce qui a confirmé la couleur lumineuse du bleu.

 

Nous avons examiné la construction du tapis d’origine noué à la main : étrangement, il a été fabriqué en utilisant un fil épais comprenant un grand nombre de brins de laine et un nouage grossier de seulement seize nœuds au mètre carré (quatre par quatre). Il donnait l'impression que le tapis d'origine a été réalisé dans un grand rush, ou alors qu’il y avait des restrictions  budgétaires: moins il ya de nœuds, plus rapide est la production. En début d’année, nous avons vendu quelques beaux tapis persans en soie (vous pouvez trouver des exemples sur notre site) qui ont 400 nœuds au mètre carré! Ce nouage relevait d’un défi puisque nous devions produire une bonne qualité pour résister à l'usure des pas des visiteurs de la salle tout en gardant son objectif d'origine qui était la création d’un tapis sur lequel le public puisse marcher dessus. Une fois encore, cela a été réalisé par le fils épais qui a été également utilisé pour le tapis.

 

Comme avec n'importe quel tapis noués à la main, nos artistes ont dû mettre le dessin sur papier quadrillé, auquel chaque carré représente un nœud du tapis, avant de commencer le tissage. Ce document graphique a été ensuite découpé et utilisé par les tisserands afin qu'ils puissent suivre le modèle avec précision.

 

L'ancien métier à tisser que nous avons trouvé pour produire cette pièce historique de 12,20 mètres de large provenait initialement de l'usine Whitty. Il a été transféré d’Axminster à Wilton. Quand l'usine a fermé à Wilton en 1959, il a été transporté en Irlande où nous avons reçu le travail accompli. Par coïncidence, de 1972 à 1984, notre designer en chef, Francis Milward, a été le chef designer de l'usine Wilton de 1947 à 1959! Une photo de lui et de son métier à tisser se trouve dans le livre sur le Tapis d’Axminster (noués à la main) de Bertram Jacobs.

 

Les quantités de fils ont été calculées tels que les fils teints. Le métier à tisser a été mis en place avec les fils à la chaîne puis le tissage a commencé.

 

Nous avons également expédié le fragment de tapis pour aider à la conception de celui-ci provoquant un véritable cauchemar : quelle valeur avait le tapis ? Il n'a pas de prix!

 

 

 

J'ai envoyé le tapis fabriqué à mon vieil ami de lycée, John Greenwood, désormais photographe professionnel, pour le photographier : ce fut un bras de fer avec les douanes irlandais à Belfast lorsqu’ils ont regardé le bazooka comme trépied couverture: «Je sais ce que vous allez me dire », a déclaré John,« seriez-vous en la possession d'élevage, monsieur? "Fut la réponse! (Des poulets? Un serpent?)

 

Finalement, le tapis a été terminé et livré à Brighton, où notre spécialiste, John Fage, a été en mesure de trouver plus de vingt hommes courageux pour aider à monter le tapis dans la chambre et aider nos installateurs à l'adapter parfaitement, coudre les côtés du tapis (qui avaient été tissés séparément, parce que la salle mesurait 12,20 mètres de large!

 

Le tapis était et reste toujours splendide!

 

Au cours de la « grande tempête », un minaret a emporté le toit du pavillon à travers le dôme de verre. En restant immobilisé, le minaret a empêché de faire des dommages importants, notamment sur le tapis!

 

 

Tilly Losch's footprints at West Deane

 

 Lancaster House

 

 

Culzean Castle Saloon

 

 

 Anglesey Abbey

Pour d'autres exemples de notre travail concernant la reproduction de tapis historiques ou de nos tapis de luxe et moquettes en général, je vous invite à consulter notre site web www.craigiestockwellcarpets.com où vous pouvez voir des échantillons de notre travail ainsi que consulter ou imprimer nos brochures des collections. Vous pouvez également contacter John ou Marta au 0044 20 7224 8380 ou par email à l’adresse craigiestockwell@aol.com

ENQUIRIES

Please enter any questions you may have in the form below. We will reply as soon as we can.

Back to top